Discours d’Ouverture du Festival du mot – mercredi 27 mai.

Comme chaque année, je me suis plié à l'exercice du discours d'ouverture du Festival du Mot, ce mercredi au cœur du prieuré sous un soleil printanier….    Amis, souffrez qu'en la Cité l'ancien édile d'avec le Festival vienne vous conter l'idylle En empruntant au Cid du bien plaisant Corneille La manière de complaire à vos…

Lire la suite

Des programmes pour quelle histoire ? Un choix politique essentiel !

Cela pourra surprendre, mais je me réjouis de la polémique qu'ont fait naître, entre autres éléments de la réforme des collèges, les nouveaux programmes d'histoire. Tant que celle-ci suscitera les passions, rien ne sera tout à fait perdu : ces vieux débats, avec leurs outrances et leur mauvaise foi, montrent qu'en dépit de tout, notre…

Lire la suite

Une double erreur originelle !

En ce jour anniversaire du 6 mai comment ne pas revenir sur les trois premières années du quinquennat et chercher à en comprendre la logique ? Un premier constat s'impose : si les choix effectués par le Président de la République peuvent se comprendre, ils n'ont manifestement pas été compris. Parce qu'ont été commises à…

Lire la suite

La nouvelle figure du héros moderne ?

Difficile de rester indifférent au texte sensible que Nicolas Colin a souhaité consacrer à Richard Descoings, en rendant compte sur son blog du "Richie" de Raphaëlle Bacqué (https://medium.com/@Nicolas_Colin/richard-descoings-ou-la-radicalit%C3%A9-b0fe67284c01). Non seulement parce qu'il y exprime une évidente sincérité mais aussi parce que s'y trouve exposé, en condensé, ce qu'est le désarroi des jeunes élites françaises, en…

Lire la suite

Pourquoi j’ai choisi la Motion dite B ?

La préparation de ce Congrès témoigne de ce que l'appareil du PS peut faire de pire : éviter le débat, susciter à tout prix les ralliements, réunir les uns et les autres en dépit de ce qu'ils pensent uniquement pour servir de petits intérêts de clan, préserver des places, sauver des candidatures ou des mandats….

Lire la suite

Hommage à Jean Germain, mon ami.

Toute vie se termine sur un échec. Mais la forme que prend la mort donne à cet échec une dimension particulière. Jean Germain ne méritait pas cette fin. Elle ne rend pas compte de son parcours, celui que permet la méritocratie républicaine ; de ses convictions, celles d'un homme de gauche sincère engagé très jeune…

Lire la suite

La double illusion ou le cri d’un isolé !

Avoir raison trop tôt, est un grand tort. C'est en tout cas, ce que pensait l'inusable Edgar Faure qui y voyait même la pire des fautes politiques… Où en sommes-nous pourtant aujourd'hui sinon là où quiconque analysant logiquement l'action du Président de la République depuis trois ans pouvait l'annoncer sans grand risque malheureusement de se…

Lire la suite

Fronde, 49-3, loi Macron : mais quel est donc le message ?

Qu'un peu plus d'un mois après la grande manifestation d'unité nationale qu'avaient provoquée les attentats de janvier, le groupe socialiste de l'Assemblée mette en scène ses divisions donne le sentiment d'un épouvantable gâchis.   Qui peut trouver en effet dans le comportement des uns comme des autres le moindre sens politique ? Quel est donc…

Lire la suite

Auschwitz, Paris, Copenhague…

Il a fallu que je me replonge dans l'œuvre d'Imre Kertesz pour mieux comprendre la colère qui assaille nos frères juifs en Europe, partout perceptible et qu'illustre la tentation de l'exil que certains disent aujourd'hui ressentir. Je dois avouer le malaise qu'a d'abord suscité en moi la virulence, et même la violence, du ton de…

Lire la suite

Le choix des mots…

Je porte au Premier ministre une véritable estime justifiée par le sens de l'Etat et le souci de la France dont témoigne son action. Je suis loin pour autant de partager tous ses choix. Mais celui qu'il fait de ses mots me convient. Ils sont plus ceux d'un républicain de gauche que d'un socialiste ("…

Lire la suite