Dans Le Point cette semaine

 Un
lionceau contre les éléphants

Gaëtan
Gorce persiste et signe. Depuis l’échec de Ségolène
Royal, le député PS de la Nièvre tente de
secouer le vieux parti d’Epinay. Il couche désormais par écrit
le portrait d’un PS en pleine crise et d’une gauche qui ne «
peut imputer ses échecs qu’à elle-même ».
De Fabius, taxé d’ « insincérité »
à Hollande, l’ « anti-héros »,
Gorce n’épargne aucun des éléphants. L’auteur
résume ainsi l’absence de projet du parti : « J’essaierai
demain ! Tel fut le leitmotiv de ces trois ou quatre leaders
tétanisés à l’idée de prendre le risque
du leadership, c’est-à-dire en quelque sorte de forcer leur
destin. » Il en appelle à l’émergence d’une
nouvelle génération et à une régénérescence
intellectuelle et morale. Pourtant, en finir avec la guerre des chefs
semble difficile dans un clan où, raille Gorce, « être
présidentiable ou rien » est devenu le mot
d’ordre…

Anaïs
Anouilh.

Le Point n°1884,
23 octobre 2008, p42

Laisser un commentaire