Question écrite à Bernard Kouchner

M. Gaëtan Gorce alerte M. le ministre des affaires étrangères et européennes sur la situation de Mme Aung San Suu Kyi.

M. Gaëtan Gorce sait que la France, tout comme ses partenaires de l'Union européenne, est préoccupée par la situation des droits de l'homme en Birmanie et que notre diplomatie soutient les travaux de M. Quintana, Rapporteur spécial sur la situation des droits de l'homme en Birmanie. Il se rappelle aussi qu'à l'annonce de la condamnation de Mme Aung San Suu Kyi à dix-huit mois supplémentaires d'assignation à résidence, le 11 août 2009, le Président de la République et le ministre des affaires étrangères avaient exprimé, à l'instar de nombre de nos compatriotes, leur profonde indignation.

Or, le 13 novembre prochain, devrait avoir lieu la libération de la seule lauréate du Prix Nobel de la Paix en détention. En effet, les dix-huit mois supplémentaires d'assignation à résidence doivent prendre fin à cette date et la junte ne peut pas légalement la prolonger. Gaëtan Gorce appelle  donc M. le Ministre des affaires étrangères et européennes à la plus grande vigilance sur la situation de Mme Aung San Suu Kyi et lui demande ce qu'il entend faire pour obtenir sa libération inconditionnelle et, le cas échéant, garantir sa sécurité.

Laisser un commentaire