Sur nonfiction.fr

"Gaëtan Gorce est un homme politique à l’ancienne et pourtant il est
résolument moderne. À l’ancienne parce qu’il croit dans ce qu’il dit.
Quand il défend des positions, ce ne sont pas, contrairement à beaucoup
de ses camarades de parti, de simples postures – on l’a ainsi vu ces
dernières années batailler ferme sur les questions sociales pour le
groupe socialiste de l’Assemblée nationale ou encore se battre pour
faire avancer la législation sur la fin de vie… Il a des convictions et
ce sont celles-ci, et uniquement celles-ci, le sujet de son livre. Mais
les idées du député-maire de la Charité-sur-Loire ne sont pas pour
autant datées. Elles sont même souvent iconoclastes au parti
socialiste. Elles lui valent une réputation de franc-tireur.
Ancien-moderne encore car, s’il place délibérément sa plume sous
l’autorité tutélaire de Mendès-France, c’est pour mieux esquisser ce
que pourrait être le projet du parti socialiste pour demain – celui
d’aujourd’hui est à la fois périmé, inconsistant et inaudible. Un parti
enfin libéré de ses habitudes mortifères, prêt à se battre dans son
siècle sur ses propres positions plutôt que dans le précédent au nom
d’une idéologie qui n’a jamais été la sienne, et qu’il n’a d’ailleurs
jamais réellement pratiquée aux affaires…"

La suite de cette critique de Choisir par Laurent Bouvet est disponible sur le site nonfiction.fr : http://www.nonfiction.fr/article-1686-je_maintiendrai.htm

Laisser un commentaire